De l’audace

Combien de fois une petite voix intérieure dit-elle « ce n’est pas possible», « ce n’est pas correct», « je vais être mal compris-e », « je n’ose pas» ?
audace

Combien de fois une petite voix intérieure dit-elle « ce n’est pas possible», « ce n’est pas correct», « je vais être mal compris-e », « je n’ose pas» ? Combien d’occasions manquées, de malentendus, d’incompréhensions ? Combien de non-dits et de silences qui hurlent intérieurement ? Combien de regrets de ne pas avoir essayé ? Au fond, quel est le plus grand risque ? Ne pas oser ?

Combien de fois une petite voix intérieure dit-elle « ce n’est pas possible », « ce n’est pas correct », « je vais être mal compris.e », « je n’ose pas » ?

Combien de fois une petite voix intérieure dit-elle « ce n’est pas possible »», « ce n’est pas correct »», « je vais être mal compris.e », « je n’ose pas » ? Combien d’occasions manquées, de malentendus, d’incompréhensions ? Combien de non-dits et de silences qui hurlent intérieurement ? Combien de regrets de ne pas avoir essayé ? Au fond, quel est le plus grand risque ? Ne pas oser ?

  • Regretter, garder des interrogations ?
  • Passer à côté d’une opportunité ?
  • Et préserver sa tranquillité apparente, son confort (réel ou supposé) ?

Faire preuve d’audace ?

  • Au pire, essuyer un refus (poli, voire circonstancié, c’est-à-dire qui fait grandir) ?
  • Éventuellement, recueillir une autre idée, une suggestion, soit un cadeau ?
  • Plus probablement, recevoir un accueil attentif, de l’écoute, une action ?

Vaut-il mieux laisser son ego dicter sa conduite ou se réjouir et se féliciter d’avoir réalisé un passage à l’acte ?

Vaut-il mieux rester enfermé dans son château-fort, protégé de tout, y compris de soi-même ou déployer ses ailes ?

Personnellement, j’ai choisi ! J’ose et je me félicite de le faire. Je suis toujours agréablement surprise d’obtenir au moins un accusé réception de mon action : contact, question…

La plupart du temps, j’ai même un engagement de réflexion et de réponse. Je suis fière d’agir en femme libre, qui n’est pas effondrée si elle essuie un refus, ni euphorique si elle obtient gain de cause. Je suis heureuse de cette audace apprivoisée et explorée pas à pas. Parce que j’ai compris que plus j’ose, plus je reçois de cadeau : tout retour est en effet un cadeau à mes yeux. Plus je sors du cadre (des conventions et surtout de mes croyances limitantes), plus je crée de valeur, plus j’enrichis mon point de vue…et plus j’ai de possibilités d’apporter aux autres. Et cela donne vraiment du sens à ma vie. Bref, l’audace paie psychologiquement, personnellement, professionnellement.

Alors, osez !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Vivane Strickfaden

Viviane Strickfaden

Révélateur de lumière | Accompagnement des décideurs